Artiste : Constantin Laan « KOSTIA »

subheading

Constantin Laan « KOSTIA »

créateur de meubles d’art

Constantin Laan est un créateur de meubles d’art, connu et réputé auprès des collectionneurs et des décorateurs. Le travail du bois l’a toujours attiré et fasciné. Ce gout inné pour ce matériau s’inscrit dans une tradition familiale, le talent d’un grand-père.

Il a choisit les meubles car ceux-ci impliquent l’alliance du fonctionnel et de l’audace, de l’utile et de l’imaginaire.

Il privilégie pour ses créations le bois de toute sorte : une matière naturelle, vivante et noble. Il aime le marier avec le bronze qu’il cisèle, polit ou laque. Il ne cesse d’approfondir sa réflexion sur les matériaux qu’il affectionne et n’hésite pas à s’affranchir des contraintes du mobilier classique en utilisant des matériaux très contemporains.

Ce créateur se fie toujours à ses intuitions, même s’il a acquis ses connaissances techniques dans un atelier, auprès d’un Compagnon du Tour de France, un maitre.

De longs voyages en Asie et en Amérique ont aussi affiné sa sensibilité artistique.

C’est dans les Arts asiatiques qu’il trouve souvent l’inspiration, même s’il n’oublie pas la grande tradition française d’ébénisterie.

En 2011, il s’installe dans un atelier du quartier « Faubourg Saint-Antoine » ayant une longue histoire avec le mobilier d’art. « Kostia » s’est d’abord fait connaître par des meubles élégants au mécanisme subtil.

A l’image de Gepetto, c’est un artisan ingénieux qui fait subir à la matière d’étranges métamorphoses. Originalité, raffinement et complexité techniques sont les termes résumant au mieux son travail.

Il crée des formes, réfléchit à leur signification et s’intéresse particulièrement aux concepts qui fondent notre société. De ses carnets de croquis à ses maquettes, à ses réalisations, il fait tout. Il travaille dans son atelier pour garder un contrôle de chaque instant sur la réalisation de son projet.

Les meubles de Kostia sont marqués par la fonctionnalité, la créativité et l’humour.

Avec Kostia, il s’agit toujours de petites productions, de pièces uniques ou de séries limitées. Le mobilier « reproductible » ne l’intéresse pas. Ainsi, il reste profondément ancré à la tradition des grands maitres du siècle passé tel que Jean Royère ou Paul Evans.